Retour sur le LegalTech Show – 19ème Sommet du Droit - Ipsilon - Protégez votre talent
18532
post-template-default,single,single-post,postid-18532,single-format-standard,cookies-not-set,qode-listing-1.0.1,qode-social-login-1.0,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.1.1,qode-theme-bridge,bridge-child,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

Retour sur le LegalTech Show – 19ème Sommet du Droit

Retour sur le LegalTech Show – 19ème Sommet du Droit

Le 31 janvier dernier, de nombreux professionnels du droit se sont rassemblés au Pavillon d’Armenonville pour échanger sur les nouveaux défis que commence à relever la profession. La première partie de la journée traitait notamment du vaste thème de la LegalTech. Cap sur deux grandes thématiques : « Gouvernance & LegalTech – Technologies et droit des sociétés » et « Blockchain : signature électronique, sécurité juridique ». Un grand merci à Leaders League pour l’organisation et l’invitation !

Juristes, avocats et ingénieurs, en cabinets, entreprises ou en LegalTech, s’accordent sur le côté inévitable de la mutation des métiers du droit. De la même façon que les grands secteurs de l’industrie comme la logistique, l’IT ou la production, les services juridiques ne sont pas épargnés par l’avènement des nouvelles technologies comme l’Intelligence Artificielle ou la Blockchain qui commencent déjà à bousculer nos métiers. La LegalTech promet d’être le quotidien des professionnels du droit afin, par exemple, d’automatiser des tâches qui peuvent l’être par algorithme, permettant une montée en compétence et une allocation des ressources de l’entreprise sur des missions à plus haute valeur ajoutée.
L’idée n’est pas de remplacer le juriste par un algorithme, ni même d’obliger le juriste à s’adapter à la machine mais plutôt de mettre à leur disposition des outils efficaces et configurables pour exercer plus efficacement le métier.

Ces outils technologiques prennent, pour finir, plusieurs formes : des algorithmes basés sur l’IA permettant la gestion de projet, la gouvernance des sociétés, des plateformes métier intelligentes et apprenant de l’utilisateur mais aussi la blockchain avec des applications dans la communication sécurisée, la signature électronique, l’horodatage et la certification de documents.
Qualifiées il n’y pas si longtemps de « braconniers du droit », les LegalTech s’imposent donc doucement comme une arme indispensable. Tel est le challenge des années à venir.

 Jean-Baptiste Grassin